L’artisanat indien est riche, de qualité et d’une grande diversité. Il se décline sur un grand nombre de supports.

Les tissus en constituent un aspect majeur. Les soies de Bénarès ou de la région de Chanderi, au Madhya Pradesh, ont fait la réputation des brocarts indiens. Le tissage à la main et au rouet, dit « khadi », est aussi très emblématique de cet artisanat en raison de son usage par Gandhi dans sa lutte contre l’invasion du marché indien par les marchandises manufacturées en Grande-Bretagne. On se procure ces textiles, soies, lins, cotons ou laines aux couleurs chatoyantes, au mètre ou en vêtements, en écharpes, en foulards, en couvre-lits… Si le marchandage est d'accointance dans les bazars, les prix sont fixes dans les magasins gouvernementaux (Khadi Bhandar).

Le Kashmir est réputé pour sa production de textiles: les châles et pashminas de cette région sont d’une douceur incomparable. Les tapis brodés en feutre (les mumda) y sont très ouvragés. Les produits les plus appréciés de l’artisanat de cette région sont disponibles dans toutes les grandes villes de l’Inde du Nord en raison du grand dynamisme de la population commerçante Kashmiri essaimant sur l’ensemble du sous-continent.

Côté bijoux, les boutiques de joailleries népalaises et rajasthanaises recèlent de trésors, fines parures d’or, d’argent ou de métal blanc, gemmes, pierres précieuses et semi-précieuses sur montures traditionnelles ou plus modernes.

Dans toutes les régions du pays, les Indiens cisèlent le bois de manière remarquable. Les statues et effigies sculptées dans le palissandre, le bois de Santal, le cèdre de l’Himalaya, ou le teck, témoignent de la maîtrise des techniques de par leur aspect poli.